"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2439959 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Inégalités de salaire : les femmes toujours soupçonnées et pénalisées

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Inégalités de salaire : les femmes toujours soupçonnées et pénalisées


Qu’elles aient ou pas interrompu leur activité professionnelle pour s’occuper de leurs enfants, les femmes gagnent en moyenne 17% de moins que les hommes. Un écart d’autant plus injuste que dans la tranche d’âge 39-49 ans qui a fait l’objet d’une étude de l’Institut national de la Statistique et des Etudes économiques et de l’Institut national d’Etudes démographiques, les femmes sont en moyenne plus diplômées que les hommes.

En effet, 19% d’entre elles ont obtenu au minimum un baccalauréat plus trois contre 17% ches leurs collègues masculins. "Avoir ou ne pas avoir d’enfants ne paraît pas influencer significativement le salaire horaire", souligne l’étude. "Tout se passe comme si les femmes qui n’ont jamais eu l’intention d’interrompre leur carrière n’ont pas pu envoyer un signal crédible aux employeurs sur leur engagement à long terme", indique l’étude. Une fois embauchées, les femmes sans enfants restent ainsi l’objet d’une "suspicion d’un moindre attachement à leur poste" de la part de leurs employeurs.

Quelles sont les causes de cet écart ?

L’étude pointe que 30% du différentiel de salaire sans interruption de carrière est lié au fait que les hommes occupent "moins souvent des emplois à temps partiel", travaillent dans "des secteurs économiques plus rémunérateurs" ou occupent "des postes plus élevés". En d’autres termes, 70% de l’écart reste injustifié. A noter que cet écart persistant est une des causes d’une autre inégalité entre femmes et hommes car la faiblesse des rémunérations et la précarité d’emploi tirent à la baisse les niveaux de pensions de retraite des femmes.

Une discrimination pure

Interrogée dans l’Humanité du 17 août, Rachel Silvera (économiste à l’espace Syndicalisme et Société de la CGT, maîtresse de conférences à Paris-X) estime que "cette étude montre qu’il existe une vraie discrimination qui va au-delà de l’écart salarial dû au décrochage tout au long de la carrière pour maternité ou temps partiel. Il y a une discrimination indirecte dans le sens où ce n’est pas seulement au moment des maternités que les femmes subissent des retards de carrière. Il existe une suspicion de la part de l’employeur le conduisant à ne pas confier les mêmes responsabilités aux femmes qu’aux hommes, à ne pas les promouvoir pareillement car il a en tête qu’elles vont avoir des enfants et donc ne vont pas être disponibles. Quand elles sont plus âgées, l’employeur pense d’emblée qu’elles vont s’occuper de leurs parents. Il gardera toujours à l’esprit ce lien même quand il 
n’existe pas ou quand il n’est pas prouvé. C’est vraiment une discrimination pure. […] On considère encore que le salaire des femmes est un salaire d’appoint, qu’il n’est donc pas dramatique qu’elles soient moins payées que les hommes. La tolérance sociale est d’autant plus vraie lorsqu’il s’agit de femmes défavorisées. On est indifférent au fait que ces personnes puissent avoir des temps de travail très courts et des conditions de travail déplorables. Les négociations dans les entreprises restent très faibles. On parle de menaces de sanctions sans passer à l’acte".


Brève mise en ligne le 18 août 2010