"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2412405 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
La liberté de la presse remise en question

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

La liberté de la presse remise en question


L’affaire Woerth-Bettencourt n’en finit pas de faire des vagues et est en passe de devenir l’affaire Sarkozy.

Pour éteindre l’incendie des révélations sur les liens inavoués entre l’ex-ministre du budget et Liliane Bettencourt, Patrice de Maistre, le gouvernement a tiré à boulets rouges sur les Roms et les gens du voyage pendant tout le mois d’août.

Apparemment, il y avait plusieurs fers au feu pour détourner la population, les salariés d’un scandale qui rejaillissait sur l’équipe gouvernementale et le président de la république.

La Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) a reconnu avoir espionné le journaliste du Monde en charge des articles sur l’affaire Woerth-Bettencourt.

Elle prétend avoir agi non pas sur ordre de l’Élysée, comme l’affirme le quotidien, mais sur mandat de la Direction générale de la police (DGPN).

Ce qui est sûr c’est qu’en matière de liberté de la presse, de protection des sources d’information, la loi a été bafouée.

En conséquence, il y a manifestement atteinte et remise en cause de la liberté de presse, entrave à la liberté d’investigation des journalistes. Ce n’est pas étonnant d’en arriver là quand on se souvient des violentes attaques de ministres contre Médiapart.

Ce scandale de plus en dit long sur le délitement et la crise politique qui frappent le gouvernement. Ce n’est que le résultat d’une politique qui, pour faire passer de soi-disantes réformes visant à ramener les droits sociaux plusieurs dizaines d’années en arrière, doit taper dur sur la tête de tous et de toutes celles qui résistent d’une façon ou d’une autre.

Il y a urgence à ce qu’une enquête indépendante puisse faire toute la clarté sur l’espionnage dont a été victime le journal Le Monde.


Brève mise en ligne le 14 septembre 2010