"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Voeux 2018

    La section syndicale CGT de l’Adapei-Papillons Blancs d’Alsace vous présente ses meilleurs vœux de Liberté, d’Égalité, de Solidarité, de Justice et de Paix…

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2490404 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le lundi 5 février 2018
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Occupation du Musée de l’immigration

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Occupation du Musée de l’immigration


Nous apportons notre soutien total aux centaines de travailleurs sans papiers, et aux syndicalistes, qui occupent actuellement le "musée de l’immigration" à Paris. Ce lieu, particulièrement bien choisi est le symbole même du colonialisme d’hier, et de la situation post-coloniale qui règne aujourd’hui en Afrique.

La colère des travailleurs sans papiers est à la mesure de la duplicité de l’état français qui ne tient pas ses engagements. La plupart des 6200 travailleurs sans papiers qui pendant plusieurs mois ont mené une grève exemplaire pour leur régularisation n’ont à ce jour reçu qu’une fin de non recevoir des autorités.

Foulant au pied ses engagements, le ministère du travail, tout comme celui de l’immigration, n’ont pas fait le moindre pas dans ce qui représentait une revendication à minima : l’harmonisation des critères de régularisation.

Ce gouvernement ne connait qu’un seul langage, celui du rapport de force !

Il est temps que la classe ouvrière, française et immigrée, avec et sans papiers lui signifie sa fin de contrat. Régularisation de tous les sans papiers, liberté de circulation et d’installation.


Brève mise en ligne le 7 octobre 2010