"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2411723 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Licenciements dans l’automobile

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Licenciements dans l’automobile


Les feux et paillettes du Mondial de l’Automobile n’auront pas masqué longtemps la profonde crise qui n’en finit plus de miner l’une des industries qui a porté l’économie mondiale des 50 dernières années.

Après le rapport gouvernemental qui reconnaît que 40 à 50000 emplois sont menacés chez les petits sous-traitants automobiles en 2010 et 2011, c’est au tour de la direction de Renault d’annoncer de nouvelles restructurations qui vont entraîner d’ores et déjà plusieurs milliers d’heures de chômage technique (2 mois de chômage technique prévu à Sandouville).

Mais ce n’est qu’un début car ce sont des fermetures de sites entiers qui sont dans les cartons du patronat de la branche. Après avoir bénéficié des millions d’€ du gouvernement pour une première vague de restructurations, les grands groupes et les équipementiers s’apprêtent à poursuivre leurs réorganisations au niveau mondial. Et pourtant tous les groupes affichent des bénéfices colossaux , en particulier, General Motors qui vient d’exploser les scores lors de sa réintroduction en Bourse.

Patronat et gouvernement ont retardé les annonces jusqu’à l’affaiblissement de la mobilisation contre la réforme des retraites. Pas question pour le gouvernement de prendre le risque d’ajouter un motif aux mobilisations en cours. Et pourtant l’une des premières mesures envisagées serait la mise à la retraite anticipée de milliers de salariés au titre de la pénibilité !

La crise économique est toujours là. Le patronat et le gouvernement ont comme projet de continuer à nous faire payer durement la facture de leur crise. Et pour continuer à s’enrichir, ils aggraveront encore davantage l’exploitation en fermant des usines, en supprimant des emplois comme à Renault et à PSA, en détériorant encore plus les conditions de travail.


Brève mise en ligne le 22 novembre 2010