"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2412376 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
ALTIS Semiconductor : la CGT contraint l’entreprise à respecter la loi en matière de reclassement

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

ALTIS Semiconductor : la CGT contraint l’entreprise à respecter la loi en matière de reclassement


Après avoir été alertée sur les conditions de mise en œuvre du Plan de Sauvegarde de l’Emploi, notamment sur le volet reclassement, la CGT a décidé d’assigner ALTIS Semiconductor en justice, considérant des manquements graves aux obligations légales.

L’objet de cette assignation visait à faire suspendre le PSE (Plan de Sauvegarde de l’Emploi) dès lors que la direction ne respectait pas les droits des salariés.

La direction d’ALTIS a alors pris contact avec la CGT pour envisager une négociation permettant d’éviter de comparaître en justice.

Après plusieurs jours de négociations la CGT a obtenu, dans le cadre d’un accord transactionnel, les engagements indispensables visant à éviter des suppressions d’emploi et la mise en oeuvre de réelles solutions de reclassement pour les salariés.

De par ses engagements, la CGT a donc décidé de suspendre la procédure en cours se réservant la possibilité de réintroduire le dossier au tribunal dès lors que serait constater des manquements à ces engagements.

Dans un communiqué du 7 décembre, l’Union Départementale CGT de l’Essonne se félicite de ce succès et "réaffirme son attachement à la mise en place d’un nouveau projet industriel chez Altis qui permette de préserver et développer l’emploi, dans le respect des droits des salariés."


Brève mise en ligne le 9 décembre 2010