"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2406472 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Difficultés dans les transports : les intempéries certes, mais le système est en cause

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Difficultés dans les transports : les intempéries certes, mais le système est en cause


Des dizaines de milliers de voyageurs viennent de subir une situation ubuesque. Froid et neige ont mis à l’épreuve notre système de transport et infrastructures, son mode de gestion et d’administration. Moins médiatisées que les difficultés des passagers des avions ou des passagers des trains, les situations des salariés bloqués chez eux ou à leur travail n’en sont pas moins une autre réalité de cet hiver.

Pour l’union interfédérale des Transport CGT "qu’il y ait des intempéries n’est pas nouveau, fussent-elles d’une intensité et d’une séquence exceptionnelles."

La question posée est plutôt celle de "l’incapacité à faire face à ces situations, dont on sait, pourtant, que la saisonnalité les rend très probables."

L’UIT-CGT estime qu’on ne "peut pas avoir déstructuré tout le secteur public et les entreprises publiques concernées, privatisé à tour de bras, éclaté les fonctionnements intégrés et cohérents, supprimé plusieurs centaines de milliers d’emplois, abandonné les installations hivernales pour dégeler et leur entretien, diminué les stocks de matériels… tout cela au nom d’une marchandisation de tout, d’une réduction dogmatique des dépenses publiques et d’une gestion systématique comptable par activité spécifique, à flux tendu, et faire abstraction de leur cause le moment venu des conséquences."

L’union interfédérale des Transport CGT dénonce l’hypocrisie des pouvoirs publics et des grands opérateurs des transports qui se renvoient la balle en matière de responsabilités. Dernier exemple en date, les passes d’armes entre aéroports de Paris et compagnies aériennes, entre Ministre, Préfets et météo France. Réduire le retour d’expérience à une enquête sur l’approvisionnement du glycol ou du sel, comme l’annonce la ministre de tutelle est jugé "indécent et ridicule" par l’UIT-CGT pour qui "le gouvernement et plus généralement les pouvoirs publics ne peuvent faire l’impasse sur une véritable mise à plat du système de transport, de son fonctionnement, de son organisation et des moyens associés. Ils ne peuvent faire abstraction du besoin de maîtrise publique forte de ce secteur et de la place indispensable qu’il importe de redonner à un véritable service public, capable de garantir la continuité et la meilleure gestion des aléas. Voilà qui justifierait largement une véritable et utile enquête parlementaire et un grand débat public."


Brève mise en ligne le 28 décembre 2010