"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2441630 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Isri France (Métallurgie, Bas-Rhin) : la direction sanctionne 26 salariés grévistes

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Isri France (Métallurgie, Bas-Rhin) : la direction sanctionne 26 salariés grévistes


26 salariés de cette filiale de l’allemand Isringhausen installée dans le nord de l’Alsace sont menacés de sanctions après un débrayage de quelques heures pour réclamer des revalorisations salariales.

Ces salariés se sont mis en grève pendant quatre heures le 16 décembre pour contester la baisse de leur coefficient salarial et revendiquer des augmentations de salaire. Le mouvement a débouché sur la signature d’un protocole d’accord permettant une série de revalorisations salariales. Mais quelques jours plus tard la direction a lancé les représailles en convoquant le 29 décembre les salariés grévistes en vue de sanction. Elle a entamé des procédures de licenciement contre deux salariés présentés comme les "leaders" du mouvement, un délégué syndical s’est vu infliger une mise à pied conservatoire avec une procédure de licenciement, et les autres ont écopé de cinq jours de mise à pied.

La fédération CGT de la métallurgie a dénoncé dans un communiqué une "atteinte au droit de grève (…) inacceptable", qui s’inscrit selon elle dans un mouvement plus général d’"atteintes aux libertés syndicales" et au droit de revendiquer et de faire grève dans le secteur automobile.


Brève mise en ligne le 7 janvier 2011