"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2411589 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Automobile : le chantage de Fiat

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Automobile : le chantage de Fiat


La Fiom-CGIL, deuxième syndicat de l’usine avec 22% des voix lors des dernières élections professionnelles, sera exclue de la représentation syndicale pour avoir refusé de signer un accord, qui, selon le secrétaire général de la Fiom, Maurizio Landini, est une "attaque sans précédent contre la démocratie et les droits" et un acte "autoritaire" de la part de Fiat.

En effet cet accord permettra à Fiat de mettre en place une nouvelle organisation du travail avec des rotations de nuit, une réduction des pauses et une augmentation du nombre d’heures supplémentaires possibles . Un contrat de travail permettant plus de flexibilité, en échange d’un investissement de la part de Fiat et son partenaire américain Chrysler. Cet accord a été soumis aux salariés par referendum, et voté à une faible majorité sous la menace de la fermeture du site de Mirafiori. La Fiom dénonce un "chantage" de Fiat. "Il n’est pas vrai de dire que Fiat a besoin de supprimer les droits (sociaux) pour investir en Italie", a ajouté M. Landini.

Le syndicat Fiom-CGIL a appelé à une grève de huit heures le 28 janvier contre l’accord signé par le groupe automobile Fiat et les autres syndicats concernant l’usine de Mirafiori à Turin.


Brève mise en ligne le 24 janvier 2011