"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2408325 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Techniciens supérieurs de la Défense : pour la reconnaissance de leurs qualifications

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Techniciens supérieurs de la Défense : pour la reconnaissance de leurs qualifications


Depuis quatre mois, les Techniciens Supérieurs d’Etude et de Fabrication du ministère de la défense (ils sont 4000 sur tout le pays) sont entrés dans de multiples mouvements de grèves reconductibles afin de faire valoir leurs droits à la reconnaissance de leurs qualifications. Ils sont soutenus par une intersyndicale (CGT, CFDT, UNSA, CGC).

Ces agents, issus du corps des fonctionnaires (Cat-B CII de niveau Bac+3) risquent d’être reclassés en un corps B-Type de la fonction publique (niveau Bac), bloquant de fait les 1200 techniciens du ministère de la Défense dans leur avancement et déroulement de carrière.

Cette requalification s’inscrit dans la continuité de la refonte des différents corps de la fonction publique suite aux accords Jacob de 2006.

Il avait été acté (voté à l’ensemble des organisations syndicales et administration) lors des comités techniques paritaires ministériels (CTPM) précédents la création du grade d’Ingénieur Assistant d’Etude et de Fabrication dans le corps des Ingénieurs d’Etude et de Fabrication. Cette création permettait de promouvoir sur une période de 5 ans, 3000 techniciens en ingénieurs. Au lieu de cela, à la suite d’arbitrages de Matignon, de la Direction Générale de l’Administration Fonction Publique et le ministère du budget seulement 800 postes ont été mis à l’avancement pour 2011/2012 et 400 pour 2012/2013.

Cette situation crée un mécontentement parmi ces techniciens supérieurs qui étaient appelés à manifester ce 24 février lors de la tenue à Paris d’une réunion du CTPM pour exiger le respect des engagements pris.


Brève mise en ligne le 24 février 2011