"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2409409 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Qui veut tuer l’hôpital public l’accuse de déficit !

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Qui veut tuer l’hôpital public l’accuse de déficit !


Pour ouvrir le marché de la santé aux chaînes de cliniques privées cotées en bourse, le gouvernement et son ministre de la santé, l’assureur X.Bertrand, ne lésine sur aucun moyen pour couler l’hôpital public.

En janvier, on apprenait que le ministère s’apprêtait à imposer, pour certains actes, une limitation de leur activité aux hôpitaux. Aujourd’hui le ministre annonce la diminution du remboursement des actes hospitaliers par la sécurité sociale, alors que les hôpitaux n’ont pas les moyens de fonctionner et que leurs missions de service public ne sont pas reconnues.

Moins d’actes payés moins chers, c’est encore moins de crédits, moins de moyens, moins de personnel pour l hôpital.

"Qui veut tuer l’hôpital fabrique son déficit" telle est bien la devise de ce gouvernement.

Ce sont les malades et spécialement ceux des classes populaires qui vont payer de leur santé cette casse programmée de l’hôpital, comme ils subissent par la difficulté d’accéder aux soins les conséquences des attaques contre la sécurité sociale, ainsi que le montre le relèvement de la franchise hospitalière de 91 à 120€, soit une augmentation de 32% pour les malades selon l’association de consommateurs CLCV.

Pour défendre et élargir le droit de tous aux soins, il y a urgence à construire la mobilisation la plus unitaire.

C’est pourquoi il faut assurer le succès de la journée nationale d’action du 2 avril, “Notre santé est en danger”, à l’appel de centaines de syndicats, partis, associations et comités de défense.


Brève mise en ligne le 2 mars 2011