"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Voeux 2018

    La section syndicale CGT de l’Adapei-Papillons Blancs d’Alsace vous présente ses meilleurs vœux de Liberté, d’Égalité, de Solidarité, de Justice et de Paix…

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2465035 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le jeudi 4 janvier 2018
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Femmes cadres : à partir de 35 ans, victimes du "plafond de verre"

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Femmes cadres : à partir de 35 ans, victimes du "plafond de verre"


Selon une étude de l’Association pour l’emploi des cadres publiée ce 8 mars, "alors qu’avant 35 ans, les femme cadres occupent des postes proches en termes de responsabilité, elles sont moins nombreuses que les hommes, en proportion, à avoir ensuite la possibilité de s’élever dans la hiérarchie ou à prendre des postes d’envergure plus importante."

L’Apec note aussi que c’est après 40 ans que ces inégalités se creusent et si des progrès ont été accomplis avec un nombre plus grand de femmes cadres (34% aujourd’hui, soit +23% en vingt ans), seules 11% d’entre elles occupent un poste à "forte responsabilité" contre 23% de leurs homologues masculins.

Ces inégalités ont évidemment des impacts sur les fiches de paie. La rémunération annuelle brute médiane des femmes cadres s’élève à 43000€, soit 7000€ de moins que les hommes. Et les différences s’accroissent avec l’âge, surtout après 40 ans.

Deux facteurs jouent énormément contre la promotion des femmes cadres : "les interruptions de carrière et une pratique du temps partiel plus fréquentes" liées à la famille, même si elles "ont moins d’enfants que les hommes cadres et que les femmes en général". A l’inverse, l’étude montre que "le niveau de responsabilité augmente chez les hommes en fonction du nombre d’enfants".

L’Apec note que les femmes sans enfant sont sur-représentées chez les cadres : 23% des 45 ans ou plus alors que "dans la population française seule une femme sur dix n’a pas d’enfant".


Brève mise en ligne le 8 mars 2011