"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2438901 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Valéo Issoire : les salariés passent du débrayage à la grève

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Valéo Issoire : les salariés passent du débrayage à la grève


Les syndicat CGT, FO et CFDT de l’équipementier automobile ont appellé les salariés du site d’Issoire à un débrayage le 8 mars pour peser sur le cours des négociations annuelles obligatoires. Avec la forte participation des salariés, cette action s’est transformée en arrêt de travail de 24 heures avec un piquet de grève à l’entrée de l’usine.

Dans un tract commun, les syndicats expriment "le souhait de faire des NAO un grand moment de revendications pour que les aspirations légitimes des salariés de VALEO, à avoir de meilleurs salaires et de meilleures conditions de travail, aboutissent."

A l’appui de cette volonté, ils évoquent l’explosion des résultats de l’usine d’Issoire et les résultats du groupe qui ont atteint 365 millions d’€ en 2010.

"Les salariés devraient se serrer la ceinture et se contenter de miettes alors que devrait être reversé 1,20€ par action aux actionnaires tout en sachant que le capital de la société est composé d’un peu plus de 78 millions d’actions", protestent les syndicats.


Brève mise en ligne le 9 mars 2011