"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2410517 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
"Pas de bébé à la consigne" dans la rue le 11 mars

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

"Pas de bébé à la consigne" dans la rue le 11 mars


Les professionnels de la petite enfance, leurs organisations et les parents sont bien décidés à ne pas céder devant la politique du gouvernement qui veut liquider l’accueil collectif des jeunes enfants, et, à terme l’école maternelle.

Le gouvernement a trouvé des milliards pour les banques, les grandes entreprises et au nom de la "réduction des déficits", il détruit tous les services publics.

Il applique en cela les décisions de la commission européenne qui est pour supprimer toute norme d’encadrement pour les établissements d’accueil et remettre en cause les financements publics aux structures publiques.

Le collectif "Pas de bébé à la consigne" exige l’abrogation du décret Morano et de la loi votée sur les maisons d’assistantes maternelles, ainsi que de tous les dispositifs visant à dégrader les taux d’encadrement des jeunes enfants, déqualifier les personnels.

Pour un service public d’accueil de la petite enfance, gratuit et financé nationalement, des écoles publiques et gratuites pour former les professionnels en nombre nécessaire, un taux d’encadrement de 4 enfants pour un professionnel, entre autres, le collectif "Pas de bébé à la consigne" organise une nouvelle journée nationale d’action et de manifestation vendredi 11 mars.

La balle est dans le camp de Roselyne Bachelot, ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale : elle doit répondre positivement aux exigences du collectif et des parents mobilisés.


Brève mise en ligne le 10 mars 2011