"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2443209 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Fichage ADN d’un syndicaliste : un jugement qui fera jurisprudence

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Fichage ADN d’un syndicaliste : un jugement qui fera jurisprudence


Communiqué de l’UDCGT66 Premiers éléments au sortir du délibéré ADN/GALANO

Aujourd’hui 06 avril 2011, le tribunal correctionnel de PERPIGNAN a rendu son délibéré dans le dossier du refus de prise d’ADN de notre camarade Philippe GALANO, ancien DSC CGT des ASF.

Nous n’avons pas obtenu la relaxe pure et simple mais le tribunal a prononcé une peine minimum de 150€ d’amende avec sursis, sans inscription au casier judiciaire et sans révocation du sursis antérieur.

Cette peine symbolique, contrainte par l’actuel cadre législatif, fera jurisprudence concernant une loi qui, pour l’instant, ne prévoit pas d’exceptions pour les syndicalistes.

Ce délibéré met enfin un terme (sous couvert d’un appel du parquet) à 7 ans d’acharnement contre notre camarade, sa famille et son organisation syndicale.

Il n’en demeure pas moins que le délibéré renvoi la balle dans le camp du législateur en considérant que l’amalgame avec des délits criminels est préjudiciable à la démocratie.

Ensemble continuons à rester mobilisés et solidaires, le combat contre la criminalisation de l’action syndicale doit se poursuivre et s’amplifier.


Brève mise en ligne le 7 avril 2011