"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2442883 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Après les propos de Xavier Bertrand dans le Figaro, la CGT refuse la culpabisation des chômeurs

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Après les propos de Xavier Bertrand dans le Figaro, la CGT refuse la culpabisation des chômeurs


S’exprimant dans le Figaro, le ministre du Travail a indiqué son intention de faire passer le taux de chômage sous la barre des 9% en métropole avant la fin de l’année en faisant appliquer la loi sur les offres raisonnables d’emploi pour contraindre les chômeurs à accepter une offre.

Il a précisé que chaque année 200000 à 250000 offres d’emploi n’étaient pas pourvues, affirmant "avoir vu" des postes à 1500€ net par mois et même 2100€ n’attirer aucun candidat.

"L’objectif du ministre n’est pas de diminuer le chômage de masse, mais seulement de diminuer la statistique du chômage de catégorie A", les demandeurs d’emploi sans aucune activité, affirme Maurad Rabhi, dirigeant de la CGT. "Il s’agit de contraindre les chômeurs à accepter n’importe quelle offre d’emploi, même de quelques jours, voire de quelques heures, sous peine de se faire couper les vivres. (…) En pointant une épée de Damoclès sur les chômeurs de longue durée (+ de 12 mois au chômage) et en exerçant sur eux une pression psychologique et financière à travers leurs allocations s’ils n’acceptent pas un emploi, le ministre veut contraindre des centaines de milliers de personnes à accepter des emplois déqualifiés, dévalorisés et très peu rémunérés", poursuit-il.

"Le ministre du Travail est tout simplement en train d’accroître la précarité et le sous-emploi", conclut-il.


Brève mise en ligne le 3 mai 2011