"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2438019 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Chiffres du chômage : des statistiques en trompe l’œil

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Chiffres du chômage : des statistiques en trompe l’œil


Pas de quoi plastronner pour le ministre du travail. Il faut des loupes déformantes pour voir dans les chiffres des demandeurs d’emploi publié pour le mois de mars "un signal fort de sortie de crise".

Si le nombre de chômeurs inscrits dans la catégorie A a régressé au mois de mars de 21100 par rapport au mois précédent, soit -0,8%, il reste en augmentation de 0,7% sur 1 an.

Cette tendance à la hausse est, hélas, confirmé si on prend en compte l’ensemble des catégories de demandeurs d’emploi.

Selon les chiffres officiels, il y a en mars 2011, plus de 4,3 millions de chômeurs, en incluant les départements d’outre-mer, soit 3,8% d’augmentation.

Le ministère du travail insiste sur la diminution du chômage chez les jeunes, sauf que bien souvent ce ne sont que des CDD, des emplois précaires qui leur sont proposés.

Les seniors et les chômeurs de longue durée continuent à payer cher la crise du capitalisme et leur nombre s’accroît d’une année sur l’autre.

Le prix de la reprise des profits pour les actionnaires ce sont les délocalisations, les suppressions d’emploi, le développement de l’emploi précaire sous différentes formes.

Le fléau du chômage va continue à peser lourd sur les conditions de travail et les salaires car c’est une des recettes du capitalisme pour maintenir les salariés sous la pression des patrons, surtout en période de crise.

L’urgence pour lutter contre la misère se fait sentir. Contre le chômage, il faut réduire le temps de travail, sans annualisation, ni flexibilité et avec les embauches correspondantes.


Brève mise en ligne le 28 avril 2011