"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2440411 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
64e festival de Cannes : à Cannes, comme ailleurs pas de salariées sans droits

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

64e festival de Cannes : à Cannes, comme ailleurs pas de salariées sans droits


Elles s’appellent Margarita, Aldina, Marcelina, Luisa, Leinira, Josepha, Isabelle Anabelle… elles travaillent pour Pierre et Vacances à la résidence hôtelière de luxe de Cannes, avenue de l’Amiral Wester-Wemyss.

Elles sont Capverdiennes et leur fiche de paye indique qu’elles sont employées pour faire le nettoyage, alors qu’en fait, elles font tout, des lits à la vaisselle… et sous la pression constante de leurs responsables.

Elles sont à priori déclarées, mais avec un numéro de sécurité sociale très particulier, et elles sont payées en dessous du Smic.

Comme tant d’autres salariées qui sont les petites mains de ce 64e festival de Cannes, elles n’en peuvent plus de ces conditions de travail et de salaire qui leur sont imposées notamment parce qu’elles sont "sans papiers".

Avec la CGT, elles ont dit stop : trop c’est trop ! Cette vie d’esclave moderne n’est plus possible. Il faut que cela cesse. Elles ont donc décidé de se mettre en grève pour faire valoir leurs droits et être régularisées.

La direction de Pierre et Vacances doit prendre ses responsabilités, remplir les documents adéquats, faire les contrats de travail correspondant à leur véritable emploi et la Préfecture des Alpes Maritimes régler positivement au plus vite leur situation administrative.

SOUTIEN DE LA CGT SPECTACLE AUX TRAVAILLEURS SANS PAPIERS EN LUTTE A CANNES …

La Fédération CGT Spectacle et ses syndicats, particulièrement ceux présents au Festival de Cannes, le Sntr (techniciens et réalisateurs) et le Sfa (artistes-interprètes), soutiennent l’action des travailleuses sans papiers de Pierre et Vacances !

Nos camarades capverdiennes se sont mises en grève et exigent leur contrat de travail en CDI et leur régularisation. Au milieu de l’immense machinerie du Festival et de la fourmilière qui l’entourent, où le meilleur de l’expression cinématographique côtoie le pire des inégalités sociales, nous soutenons la lutte de tous ceux qui se battent contre la précarité de leurs conditions de travail, toutes celles et tous ceux qui permettent que se déroule la plus célèbre manifestation du cinéma mondial.

Dans les professions de l’hôtellerie, de la restauration, du nettoyage, du gardiennage, mais aussi dans les métiers de l’événementiel, des médias et bien sûr pour une bonne part dans les métiers liés à la production et la distribution des films règne une pression toujours plus forte sur les salariés.

Les conditions de travail ici pour beaucoup sont un condensé de ce que vivent les salariés en France, les plus fragilisés étant à la merci des expulsions, leurs employeurs usant et abusant délibérément de leur situation administrative alors que le droit du travail doit protéger tous les travailleurs.

Les travailleuses sans papiers qui sortent de l’ombre aujourd’hui réclament le droit de vivre et travailler dignement ! Les professionnels du cinéma que nous représentons exigent avec eux le respect de leurs droits et des papiers pour toutes !


Brève mise en ligne le 18 mai 2011