"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2442475 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Rescanieres (Travaux publics) : la grève pour 200€ de plus

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Rescanieres (Travaux publics) : la grève pour 200€ de plus


Les salariés de l’entreprise Rescanières se sont mis en grève hier matin ; ils demandent une augmentation de salaire et des meilleures conditions de travail.

Les salariés de la section route et travaux de l’entreprise de travaux publics Rescanières, à Roumengoux, se sont mis en grève illimitée hier matin. Des négociations avaient été entamées la veille sur le plan des salaires et des conditions de travail. Devant le refus de la direction, la grève a débuté.

Le délégué CGT de l’entreprise Avelino Gonzaga explique les raisons de cette cessation du travail, suite aux différents réaménagements consécutifs à la reprise successive de l’entreprise Rescanières par Eurovia et dernièrement par la société Jean-Lefèvre, elle-même filiale du groupe Vinci, : "L’entreprise Rescanières sera bientôt rattachée à une nouvelle entreprise de travaux publics, Jean Lefèbvre. Nous, ce qu’on demande, puisqu’on s’appellera Jean-Lefèvre, c’est d’avoir des salaires égaux à ceux des salariés de cette entreprise puisque l’on a les mêmes compétences. En moyenne nous sommes payés 1250€ net actuellement. Nous demandons 200€ de plus pour être à égalité avec nos collègues qui ont de meilleurs salaires".

Par ailleurs , les salariés ont des revendications sur le plan des conditions de travail : "Lorsque nous allons sur un chantier, nous ne bénéficions pas de sanitaires ou d’un réfectoire dans un préfabriqué mobile. Pourtant l’entreprise est tenue par la loi de nous fournir cet équipement. Or nous n’avons rien."

Hier matin, les négociations avaient repris entre les salariés et la direction. Les premiers sont "fermement décidés" à poursuivre la grève si rien ne sort des discussions. "Nous nous sentons victimes d’une injustice", résume Avelino Gonzaga. Les négociations se sont déroulées toute la journée sans que l’on débouche sur du concret. Il semble, selon le délégué syndical CGT, qu’il y ait des possibilités d’une amélioration des conditions de travail, mais dit-il : "Notre revendication première, ce sont les salaires".

Aujourd’hui la grève continue : "Le mouvement se poursuit, il y aura un piquet de grève. La mobilisation sera encore plus importante, puisque 100 % du personnel nous soutient."


Brève mise en ligne le 22 juin 2011