"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2406884 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Les milliardaires n’ont pas perdu le nord

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Les milliardaires n’ont pas perdu le nord


Non, les milliardaires qui demandent, dans le sillon de Warren Buffet, à l’État de les taxer davantage, ne sont pas devenus fous.

Souvenons-nous des propos de Waren Buffet en 2006 : "Il y a une lutte des classes aux États-Unis, mais c’est ma classe, la classe des riches qui mène la lutte. Et nous la gagnons."

Cette fois encore ils sont à l’initiative. Cette opération de communication, de la part de ceux qui se sont toujours battus contre l’impôt et tout ce qui peut rogner leurs profits, vise plusieurs objectifs.

Face à la colère que provoquent les sacrifices toujours plus importants imposés aux populations alors que les injustices sont de plus en plus criantes et insupportables, ils veulent faire croire que face à la crise, nous devons tous "faire des efforts". Ils égratignent à peine leurs immenses fortunes et voudraient que les salariéEs, les chômeurs et chômeuses, les retraitéEs acceptent encore plus d’austérité.

Maurice Lévy, PDG de Publicis et premier émule français de Warren Buffet précise le deal : d’un côté "une contribution exceptionnelle des plus riches, des plus favorisés, des nantis", mais en échange "une profonde réforme de nos structures administratives et de nos systèmes sociaux […] au besoin et en complément, par un programme de privatisation". Il se félicite de la contre réforme des retraites, du non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite et veut en finir avec les biens communs et les services publics, qui échappent encore - en partie - à l’appétit des marchés.

Sacrifier un tout petit peu pour sauvegarder l’essentiel, tel est le sens de cette opération.

C’est une tout autre répartition des richesses qui est nécessaire, à commencer par l’augmentation des salaires et de la protection sociale, le développement des services publics en prenant résolument sur les profits et en refusant de rembourser la dette publique illégitime.


Brève mise en ligne le 24 août 2011