"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2439832 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Baisse des indemnités maladie : les malades étranglés !

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Baisse des indemnités maladie : les malades étranglés !


Augmentation des cotisations mutualistes conséquence de la taxation des mutuelles, augmentation de la CSG, cela ne suffit pas pour le gouvernement !

Dans le cadre du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2012, il en rajoute une couche : les Indemnités Journalières vont diminuer.

Environ 30% des malades en arrêt de travail ne bénéficient pas du maintien du salaire. Jusqu’à présent ils percevaient 50% du salaire brut. C’est encore trop pour le gouvernement : les Indemnités Journalières seront calculées sur 60% du salaire net. Une perte d’1€ à 1,20€ pour les smicards, selon Xavier Bertrand. Grossière manipulation ! Il oublie de préciser que la perte est quotidienne. Sur un mois un malade au SMIC verra ses indemnités diminuer d’au minimum 30€ alors qu’ils ne percevait que la moitié de son salaire de misère.

La répartition du temps de travail avec création d’emplois, l’augmentation des salaires, l’abolition des exonérations de cotisations, le paiement des dettes patronales et de l’État, la nationalisation de l’industrie pharmaceutique dans le cadre d’un service public de santé : avec ces mesures non seulement il ne serait plus question de "déficit", mais ces mesures permettraient de bénéficier de la santé gratuite et de la retraite à taux plein dès 60 ans.

Il ne faut pas les laisser faire ! Il faut préparer dès maintenant, dans l’unité, une large mobilisation lors du débat parlementaire sur le PLFSS.


Brève mise en ligne le 23 septembre 2011