"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2411669 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Boutiques France Télécom Paris : la grève contre la nouvelle part variable

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Boutiques France Télécom Paris : la grève contre la nouvelle part variable


Hier 11 octobre 2011, les salariés des boutiques parisiennes de France Télécom/Orange étaient très majoritairement en grève. À plus de 75% ils ont cessé le travail pour protester contre la mise en place d’une nouvelle politique de rémunération qui anticipe la mise en place d’une nouvelle "part variable" conduisant à des baisses de rémunération de plusieurs centaines d’€.

Un rassemblement s’est tenu devant la boutique de la Madeleine avec plus d’une cinquantaine de vendeurs qui ont crié leur ras le bol de la pression des objectifs, des pressions managériales, de la perte de rémunération et de la dégradation des conditions de travail. Les manifestants ont notamment exigé une augmentation de 300€ et des emplois en nombre suffisant.

Si la direction a pu ouvrir quelques boutiques (les plus "importantes") c’est grâce aux managers qui se sont transformés en vendeurs et à quelques salariés en CDD. Néanmoins, la direction n’a pas hésité à réaliser certaines de ces ouvertures avec un nombre de salariés insuffisant, au détriment de la sécurité.

Outre le refus de cette énième nouvelle part variable, la CGT relayant les revendications des salariés, a revendiqué notamment une augmentation du salaire fixe d’au moins 300€, des emplois et l’amélioration des conditions de travail.

"A toutes les questions la direction n’a pas pu, pas su, ou pas voulu répondre, se retranchant systématiquement derrière des décisions nationales sur lesquelles elle n’aurait aucune prise" indique la CGT Télécoms Paris .


Brève mise en ligne le 12 octobre 2011