"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2410956 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Evaluation comportementale en maternelle : la CGT Educ’action rejette le fichage des petits

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Evaluation comportementale en maternelle : la CGT Educ’action rejette le fichage des petits


"Madame, Monsieur, j’ai l’honneur de vous informer que votre enfant a été évalué à "haut risque" et devra, à ce titre, être intégré dans un groupe de remédiation". Voilà, en substance, le message que les écoles maternelles devront faire passer à certains parents dont l’enfant n’est pas conforme au modèle social dominant au terme d’une évaluation que le ministre de l’Éducation, Luc Chatel veut mettre en place dans les prochaines semaines.

Dans un communiqué, la CGT Educ’action "dénonce totalement cette tentative de normalisation de la petite enfance." Elle estime que si l’évaluation des compétences scolaires est bien du ressort des enseignants, "en revanche le dépistage social ne relève pas plus du dépistage médical que le dépistage médical ne relève pas de la compétence des enseignants. En outre, le fichage des élèves est absolument contraire à la déontologie de notre métier. Un certain nombre d’élèves présentent, dès l’école maternelle, des difficultés scolaires. C’est par le renforcement de la médecine scolaire et des réseaux d’aides aux élèves en difficultés (RASED) ainsi que par la concertation avec les familles, que l’on peut trouver pour chacun d’entre eux, au cas par cas, des solutions adaptées, soit au sein de l’école, soit en dehors.

La CGT Educ’action soutiendra tou-te-s les enseignant-e-s qui refuseront d’obéir à cette injonction manifestement illégale de stigmatisation des élèves de maternelle. Elle exige le retrait de ce projet."


Brève mise en ligne le 14 octobre 2011