"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2443201 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Les Indemnités Journalières revues à la baisse

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Les Indemnités Journalières revues à la baisse


La mesure était déjà dans l’air mais elle se concrétise avec le débat parlementaire sur le budget de la sécurité sociale entamé le 25 octobre.

De nombreuses mesures ont déjà alourdi la facture restant à la charge des assurés, de l’instauration des franchises sur les boîtes de médicaments, le transport sanitaire au forfait hospitalier qui se monte aujourd’hui à 18€ par jour, notamment.

Aujourd’hui, ce sont les indemnités journalières qui sont visées. Le nouveau calcul prévu par le gouvernement, 60% du salaire net au lieu de 50% du salaire brut, va se traduire par une baisse des indemnités pour les salariés en arrêt de travail. La perte sera de 40€ pour un salarié au Smic.

Cette politique qui consiste à stigmatiser les salariés malades pour mieux détruire à petit feu la protection sociale est inacceptable.

L’augmentation incessante des frais médicaux et pharmaceutiques restant à la charge des salariés conduit nombre d’entre eux à ne plus se soigner, à ne plus consulter un médecin. L’augmentation des mutuelles amènera de nouveaux salariés à se priver de cette protection rendue indispensable par l’amenuisement des remboursements par la Sécu. La boucle est bouclée !

Ce n’est pas aux salariés de payer une crise dont ils ne sont pas responsables.

Quand on parle de "trou de la sécu", n’oublions pas qu’il y a 32 milliards d’€ d’exonération de cotisations sociales au profit des entreprises.

Pour nous, le droit à la santé est un droit fondamental, il doit être accessible à toutes et à tous et donc remboursé à 100%.


Brève mise en ligne le 26 octobre 2011