"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2409873 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Les plans de licenciements s’accumulent

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Les plans de licenciements s’accumulent


Hier, l’annonce du groupe PSA confrontait au spectre du chômage plusieurs milliers d’ouvriers, de techniciens et de cadres .

Aujourd’hui, le tribunal de commerce vient de prononcer la liquidation judiciaire de Seafrance, compagnie de ferries transmanche reliant Calais à Douvres, qui emploie 800 salariés en CDI et plusieurs centaines en CDD en pleine saison. Liquidation qui arrivera à échéance le 28 janvier 2012. Dans le même temps, la recapitalisation de l’entreprise a été refusée par la commission européenne car contraire au dogme de la concurrence.

Quant aux banques, elles ne sont pas en reste, avec plusieurs centaines de licenciements prévus à la Société Générale et 373 emplois supprimés à la BNP-Paribas en France, ainsi que 1023 à l’étranger. le Crédit agricole ne sera certainement pas en reste. Le salariés touchés sont ceux qui travaillent dans les secteurs liés à l’investissement et au financement.

Ils payent cash la crise du capitalisme et la pression des marchés financiers.

Ils payent cash la dictature des agences de notation et les plans d’austérité en rafale du gouvernement.

Les fermetures d’entreprise et les licenciements collectifs touchent bien d’autres secteurs. Ainsi, la fermeture de l’usine Honeywell de Condé sur Noireau est programmée avec la mise à la porte de 323 salariés.

La construction d’une riposte collective pour faire échec à ces milliers de licenciements est à l’ordre du jour.


Brève mise en ligne le 16 novembre 2011