"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2408983 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Universités en faillite : le vrai bilan d’une mesure "phare" du gouvernement

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Universités en faillite : le vrai bilan d’une mesure "phare" du gouvernement


Le président annonçait il y a peu que la réforme d’autonomie des universités (la loi LRU) était l’un des deux points majeurs de son mandat. Ce serait grâce à elle que la France aurait échappé à la situation de la Grèce et de l’Italie…

Quel mensonge ! Aujourd’hui, plusieurs universités (Bretagne sud, Bordeaux 3, Limoges, Nantes, Pau, Poitiers…) sont en déficit budgétaire et sont mises sous tutelle du gouvernement, avec pour tâche de geler les dépenses et de supprimer des postes… En somme, un plan d’austérité mis en place dans chaque université.

Toutes les universités déjà passées à l’autonomie sont inquiètes quant à leur avenir. La plupart ne savent pas comment boucler leur budget 2012. Elles en sont aujourd’hui à mettre en place des plans de suppression et de gels de postes, voire à annoncer à leur personnels qu’elles ne pourront peut être pas verser les salaires. Voilà le vrai bilan de cette réforme : chaque université est confrontée à ses difficultés… Et les plus faibles font faillite.

Plutôt que de financer le service public, c’est aux banques et aux riches que le gouvernement fait des cadeaux. Face à cela, la résistance doit commencer à s’organiser sur les universités : ce n’est pas aux étudiants et aux salariés des universités de payer pour la politique du gouvernement ! D’ores et déjà, des assemblées générales de personnels se sont tenues pour faire repousser ces budgets sous-dotés. Il faut que partout, étudiants, personnels et enseignants fassent de même.

Ce qu’il faut, c’est un financement 100% public de toute l’Éducation, à hauteur des besoins. Cela passe aussi par une titularisation de tous les personnels, ainsi que l’embauche massive de personnels, afin d’assurer de bonnes conditions d’études, d’enseignement et de recherche.


Brève mise en ligne le 22 novembre 2011