"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2411274 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Un plan d’austérité pour les étudiants

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Un plan d’austérité pour les étudiants


Des assemblées générales étudiantes et des rassemblements auront lieu devant les CROUS en fin de semaine pour réclamer le paiement immédiat et intégral des bourses du mois de novembre.

Au scandale des universités mises sous tutelle car leurs budgets sont en déficit, s’ajoute celui des bourses non versées.

Vendredi, lors du vote du Conseil national des œuvres universitaires et sociales (CNOUS), les dotations financières de vingt-et-un Centres régionaux (CROUS) sur vingt-huit devraient baisser pour l’année 2012.

À l’heure actuelle, des dizaines de milliers d’étudiants boursiers n’ont toujours pas perçu leurs bourses du mois de novembre. Il est même probable, selon les syndicats étudiants, que la situation soit pire au mois de décembre. Les 560000 boursiers pourraient ne rien toucher du tout ! C’est déjà le cas dans certaines académies, comme Aix-Marseille ou Reims.

En cause, la mise en place d’un dixième mois de bourse. Annoncée en grande pompe cet été, cette mesure, pourtant promise dès 2007, n’aurait donc pas été anticipée, causant une "désorganisation"dans les services administratifs.

La réalité, c’est que les caisses sont vides. Les CROUS sont de moins en moins financés. L’État, une fois de plus, fait le choix de la pénurie budgétaire pour les jeunes et les plus pauvres.

Le montant des bourses versées chaque année s’élève à 800 millions d’€, une goutte d’eau comparé aux milliards versés pour le remboursement de la dette, par exemple.

Il faut un investissement massif dans les services publics, notamment d’Éducation et un plan d’embauches d’enseignants avec le statut de fonctionnaire. Pour que les jeunes puissent se former et vivre leur vie sans dépendre de leurs familles ou d’un emploi précaire, il faut une allocation d’autonomie pour tous les 16-25 ans, à hauteur du SMIC, financée par des cotisations sociales.


Brève mise en ligne le 24 novembre 2011