"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2442515 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Indemnités Journalières sous plafond de ressources

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Indemnités Journalières sous plafond de ressources


Le gouvernement n’en finit pas de faire les poches aux salariés.

Débouté par les parlementaires sur le 4e jour de carence dans le privé, ce gouvernement s’en prend maintenant aux indemnités journalières.

Pour récupérer 150 millions d’€, il entend les plafonner au-dessus de 2500€ brut, 2000€ net environ. Le plafond serait abaissé de 48,40€ par jour à 40,40€.

Une façon supplémentaire de faire payer la crise aux salariés, aux assurés sociaux en laissant tranquille les entreprises responsables de la quasi totalité de la fraude aux cotisations sociales.

D’après le rapport trisannuel de la Cour des Comptes, la sous-déclaration des accidents de travail et maladies professionnels, par exemple, iraient de 587 millions d’€ à 1,1 milliard d’€, manque à gagner que l’Assurance maladie doit compenser.

Cette mesure serait prise par décret, hors donc de tout débat parlementaire contradictoire.

Cette pénalisation des malades est totalement injuste et tout à fait révélatrice des choix politiques d’un gouvernement aux ordres des marchés financiers.

Elle doit être combattue comme toutes les atteintes à la protection sociale.


Brève mise en ligne le 29 novembre 2011