"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2406637 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Arts, culture et spectacle vivant : rassemblement pour la liberté de création

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Arts, culture et spectacle vivant : rassemblement pour la liberté de création


La Ligue des droits de l’Homme, la Ligue de l’enseignement, le Snap CGT et le SFA appellent à soutenir la liberté de création devant le Théâtre du Rond-Point qui propose la pièce de Rodrigo Garcia, Golgota Picnic du 8 au 17 décembre 2011.

Elles organisent un rassemblement le jeudi 8 décembre 2011 à 18h30 (métro Franklin D. Roosevelt ou Champs-Élysées Clemenceau).

Dans un appel commun, ces organisations soutiennent que "l’oeuvre d’art n’est pas la réalité. Elle est dans la réalité, mais elle en est une représentation. C’est pourquoi l’artiste est libre de déranger, de provoquer, voire de faire scandale. Le libre accès aux œuvres, au sens de l’article 27 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme, est un droit fondamental pour le public. Le délit de blasphème n’existe pas en France. Chacun est libre de représenter et de critiquer les religions.

Il est essentiel pour une démocratie de protéger la liberté de l’artiste contre l’arbitraire de tous les pouvoirs, politiques ou religieux. Une œuvre est toujours susceptible d’interprétations diverses, et nul ne peut, au nom d’une seule, prétendre intervenir sur le contenu de l’oeuvre, et tenter d’empêcher le public d’y accéder, comme le font les catholiques encouragés par la Conférence des évêques en la personne de son porte-parole, Mgr Podvin. Ces personnes, quand elles perturbent le spectacle ou empêchent le public d’y accéder, violent la loi.

Le débat sur les œuvres est légitime. Il est même le symbole de la démocratie quand il fait s’affronter des points de vue divergents qui ne sont pas toujours conciliables. Chaque avis est respectable. Mais pour débattre des œuvres, encore faut-il qu’elles soient visibles, et encore faut-il, faute de sombrer dans l’obscurantisme, avoir vu ce dont on parle."


Brève mise en ligne le 2 décembre 2011