"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2409374 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Un accord contre les salariéEs

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Un accord contre les salariéEs


Du chapeau du sommet de Bruxelles, seraient sortis les grands axes d’un nouveau traité européen rebaptisé accord intergouvernemental puisque l’Europe des 27 deviendrait celle des 17 de la zone euro + 6 autres pays. Les 5 points principaux points de cet accord actent les desiderata élaborés par N. Sarkozy et A. Merkel.

C’est une véritable déclaration de guerre sociale à l’égard des peuples et des salariéEs.

Allant toujours plus loin dans la soumission vis-à-vis des marchés financiers et des spéculateurs, cet accord prévoit de cadenasser les politiques budgétaires des états avec la mise en place de la règle d’or dans les constitutions de chaque état, supervisée par la cour de justice européenne, et des sanctions automatiques pour tout dépassement du plafond de déficit, actuellement fixé à 3% du PIB.

C’est l’intégration européenne au service des spéculateurs.

Le secteur privé est explicitement exonéré de toute contribution concernant les dettes souveraines.

Ainsi, les conséquences de cet accord sont très clairs : ce sont les dépenses publiques, les services publics, les salariés, la population qui va être saignés pour renflouer le système capitaliste qui prend l’eau de toute part.

Suppressions d’emplois dans le privé mais aussi le public, chômage, extension de la précarité, pourcentage de plus en plus important de personnes qui renoncent à se soigner, faute de ressources suffisantes, entre autres : cette Europe là n’est pas la nôtre.

Toutes ces attaques contre les droits fondamentaux, les acquis sociaux vont continuer de plus belle.

Tous ensemble, au niveau européen, nous devons développer les luttes et les résistances avec le souci de les coordonner pour opposer à cette Europe de la finance, de la misère sociale une autre Europe, celle des peuples, une Europe démocratique, et sociale, soucieuse d’harmoniser par le haut les droits sociaux.

Raison de plus pour participer à la journée d’action et de mobilisations unitaire et interprofessionnel du 13 décembre.

Participons au rassemblement unitaire et interprofessionnel à 17h place de la Bourse à Mulhouse !


Brève mise en ligne le 9 décembre 2011