"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Voeux 2018

    La section syndicale CGT de l’Adapei-Papillons Blancs d’Alsace vous présente ses meilleurs vœux de Liberté, d’Égalité, de Solidarité, de Justice et de Paix…

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2465057 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le jeudi 4 janvier 2018
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Les salariéEs de Lejaby sacrifiéEs

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Les salariéEs de Lejaby sacrifiéEs


Sinistre coïncidence : le jour du sommet "social", le tribunal de commerce de Lyon actait la fermeture de Lejaby, entrainant le licenciement de 255 salariéEs, la fermeture de l’entreprise d’Yssingeaux.

Le repreneur désigné, Alain Prost, ne fait pas mystère de sa volonté d’achever la délocalisation en Tunisie de la totalité de la fabrication. Auparavant, les actionnaires américains qui s’étaient succédé avaient fermé sept sites de production licencié 400 salariéEs.

Avec Yssingeaux fermé c’est 93 salariéEs qui sont à la rue dont 90 sont des femmes. Ils et elles ont fait toute leur carrière chez Lejaby et leur espoir de retrouver un travail est quasi nul.

Le gouvernement essaie d’estomper la responsabilité des pouvoirs publics en déclarant notamment que les licenciéEs auront un an de salaire garanti, exactement 80% du salaire brut. Mais c’était déjà prévu et rien ne remplace un emploi perdu.

A Yssingeaux, le personnel entend occuper l’entreprise pour protester contre la liquidation décidée par le tribunal de Lyon et la délocalisation de la production.


Brève mise en ligne le 19 janvier 2012