"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2440104 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
ADECCO (Intérim) : 530 emplois menacés pour conforter des profits en hausse

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

ADECCO (Intérim) : 530 emplois menacés pour conforter des profits en hausse


Le 1er mars, le groupe ADECCO publiait ses résultats pour 2011. Un chiffre d’affaires de 20,5 milliards d’€ (+10%), un résultat d’exploitation de 763 millions d’€ (+14,4%) et un bénéfice net de 519 millions d’€, en hausse de 23% par rapport à 2010. Pour l’année 2012, une augmentation du versement des dividendes aux actionnaires de +64. Des résultats qui ne l’empêchent pas d’annoncer une restructuration sur ses trois entreprises-phare : ADIA, ADECCO et AGF.

Celle-ci se traduirait par la suppression de 530 emplois, la fermeture de 165 agences et 19 centres administratifs. La direction du groupe maquille cette restructuration en plan de départs volontaires mais la CGT du groupe et l’Union syndicale de l’Intérim CGT qualifient l’opération de "véritables licenciements déguisés entraînant dans la spirale des dizaines de milliers de salariés intérimaires qui vont se retrouver jetés eux aussi au chômage, perdant au passage droits et acquis sociaux cumulés durant de longues années de missions (droits liés à l’ancienneté, couverture sociale, droits au CE…) et difficultés supplémentaires pour retrouver un emploi qualifié."

Dans un tract daté du 8 mars, la CGT ADECCO, la CGT ADIA, la CGT AGF (Adecco Groupe France), et l’Union Syndicale de l’Intérim-CGT, appellent à la mobilisation et la grève.


Brève mise en ligne le 9 mars 2012