"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2442053 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Contre les suppressions de postes : soirée des écoles le 30 mars à Paris

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Contre les suppressions de postes : soirée des écoles le 30 mars à Paris


Plusieurs syndicats d’enseignants et la fédération de parents FCPE de Paris lancent une pétition unitaire et organisent des mobilisations dans les écoles vendredi soir 30 mars pour exiger la fin des suppressions de postes d’enseignants.

En effet, 98 suppressions de postes pour la rentrée 2012 vont dégrader encore un peu plus les conditions d’apprentissage des élèves et les conditions d’enseignement des professeurs dans les écoles parisiennes. Quarante-six postes d’enseignants "Rased" (spécialisés dans la lutte contre l’échec scolaire) seront supprimés, indiquent les signataires de la pétition, qui rappellent que "depuis quatre ans, c’est 34% des postes d’enseignants Rased qui ont été supprimés au détriment des enfants les plus en difficulté." La pétition dénonce aussi "40 fermetures de classes, alors même que la moyenne parisienne du nombre d’élèves par classe est supérieure à la moyenne nationale" et que les classes sont "de plus en plus surchargées".


Brève mise en ligne le 27 mars 2012