"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2407382 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Sobrena (réparation navale à Brest) : victoire confirmée avec l’arrivée d’un premier navire

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Sobrena (réparation navale à Brest) : victoire confirmée avec l’arrivée d’un premier navire


C’est lundi 16 avril que va enfin se concrétiser la victoire des salariés de la Sobrena, le chantier de réparation navale de Brest, avec l’entrée en cale d’un remorqueur qui va apporter 3 semaines de travail.

Ce nouveau départ, signe le succès de six mois de lutte pour le maintien de leur activité de réparation navale à Brest. Six mois de luttes acharnées, où les salariés avec leurs organisations syndicales et le soutien de la population Brestoise se sont attachés à démontrer que leur activité industrielle avait de l’avenir. Le redémarrage de l’activité de réparation navale civile sur Brest a été acté par le Tribunal de Commerce, au travers de la proposition industrielle du repreneur Hollandais, DAMEN. L’activité de l’entreprise et l’ensemble des 210 emplois sont donc préservés. Ce sont près de 800 familles, en tenant compte des emplois induits, qui sont aujourd’hui soulagées.

Dans un communiqué, la fédération CGT de la Métallurgie souligne qu’en "pleine campagne des présidentielles, où l’emploi apparait, aux yeux des Français, comme une préoccupation majeure, la victoire des salariés de la SOBRENA met au devant de la scène l’incapacité de nos dirigeants politiques en place, à défendre une stratégie industrielle répondant aux besoins et créatrice d’emploi.

L’exemple de la SOBRENA est révélateur, où, parmi les 3 repreneurs qui avaient déposé une offre de reprise, le seul Français en course, l’Industriel Eiffage, a été mis hors jeu dans les premières minutes de l’audience, pour avoir fait savoir qu’il n’était pas intéressé par la réparation navale mais qu’il conditionnait son offre dans le but d’obtenir un autre marché, en l’occurrence celui des EMR (énergie maritime renouvelable).

Aujourd’hui et dans le contexte actuel, le succès des salariés de la SOBRENA démontre que l’on peut réparer des navires en France, comme on peut les construire mais, aussi, produire de l’acier à Florange ou des voitures à Aulnay."


Brève mise en ligne le 13 avril 2012