"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2440484 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Non à la liquidation de l’usine General Motors à Strasbourg

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Non à la liquidation de l’usine General Motors à Strasbourg


Mercredi 9 mai 2012, la direction de General Motors à Strasbourg a annoncé que l’usine allait être remise en vente. Ce site avait déjà été placé dans une structure de liquidation en 2009 au moment de la faillite de "l’ancien GM". Avec le renflouement de GM par le gouvernement des États-Unis, le "nouveau GM" avait racheté son usine pour l’euro symbolique.

Exerçant un chantage au maintien de l’activité jusqu’en 2016, la direction avait imposé en 2010 un paquet antisocial lui permettant d’économiser 10% des coûts salariaux. Cela s’était traduit par 350 licenciements, l’abandon de sept journées de RTT, une baisse de revenus et l’accroissement des charges de travail, entraînant maladies professionnelles et démissions. Cette régression sociale s’est doublée d’une répression syndicale à l’encontre notamment des responsables du syndicat CGT qui avait refusé les reculs sociaux. Les sacrifices n’auront servi à rien, si ce n’est à augmenter les bénéfices des actionnaires avec près de 100 millions d’€ de profits en deux ans, pour un investissement d’1€.

La direction a l’audace de prétendre que cette vente devrait permettre de pérenniser et sécuriser tous les emplois du site.

Dans le gigantesque Monopoly permanent qui secoue le secteur automobile, cette nouvelle attaque montre l’urgence d’une mobilisation de toutes et tous contre tous les licenciements. Les salariés de GM Strasbourg exigent le maintien de tous les emplois sur le site.


Brève mise en ligne le 10 mai 2012