"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2442454 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Procès Eternit à Turin : les accusés connaissaient la nocivité de l’amiante

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Procès Eternit à Turin : les accusés connaissaient la nocivité de l’amiante


Le tribunal de Turin a publié lundi 14 mai le jugement du procès Eternit. Il en ressort que les milliardaires suisse Stephan Schmidheiny et belge Jean-Louis de Cartier connaissaient depuis 1968 la nocivité de l’amiante, mais n’ont rien fait pour y remédier.

Les deux hommes ont été condamnés à seize ans de prison en février pour la mort de milliers de personnes dans deux des quatre usines italiennes du groupe Eternit.

Dans les 733 pages de considérants, le tribunal juge que leur comportement a été marqué par "une dissimulation d’une gravité extrême".

"Malgré tout", ils ont continué et n’ont pas cru devoir agir pour améliorer l’environnement de travail et limiter la pollution dans les usines du groupe. Au contraire, les accusés ont "cherché à cacher et à minimiser les effets nocifs" de l’amiante "pour l’environnement et pour les personnes", ajoute le document.

Selon les juges, "aucune circonstance atténuante ne peut être retenue, car il semble évident que les accusés ont agi en exécution d’une même volonté criminelle".

Certains témoignages "ont fini par rendre évidente la connaissance du danger de l’amiante tout comme la non-adoption de mesures sérieuses et concrètes pour en éviter la diffusion à l’extérieur de l’usine", ajoutent les magistrats piémontais.

Le milliardaire suisse, âgé de 65 ans, et le baron belge, 91 ans, ont été condamnés le 2 février pour "catastrophe environnementale intentionnelle" et "omission volontaire des mesures anticatastrophes".


Brève mise en ligne le 15 mai 2012