"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2408329 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Veninov : les salariés ne se sont pas battus pour rien

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Veninov : les salariés ne se sont pas battus pour rien


Le tribunal de commerce de Nanterre a rendu son verdict définitif le vendredi 11 mai 2012. La reprise est désormais officielle, l’usine Veninov de Vénissieux (Rhône) sera reprise par le groupe autrichien Windhager Garden.

En juillet 2011, l’usine VENINOV, leader européen de la toile cirée, a été placée en liquidation judiciaire. Elle comptait alors 87 salariés qui furent licenciés en juillet 2011.

Les salaires n’étaient plus versés régulièrement depuis novembre 2010. Les salariés se sont organisés immédiatement et une vingtaine ont continué à occuper le site depuis juillet 2011, pour éviter le démantèlement des machines essentiellement et maintenir l’outil de travail en état.

Il est à souligner qu’outre les salariés, la population locale et les élus (la mairie de Vénissieux, le député de la 14ème circonscription du Rhône, le conseil régional et la communauté urbaine de Lyon), sans oublier les retraités de Veninov, ont amené leur soutien de tous les instants à cette lutte. De même les syndicats CGT de l’union locale mais aussi de tout le département ont participé nombreux aux rassemblements locaux et ont apporté toute leur solidarité à cette bataille, y compris financière.

Cela a payé, les salariés ne se sont pas battus pour rien. A la sortie du tribunal de Nanterre, le délégué CGT Stéphane NAVARRO s’exprimait ainsi : "Notre combat touche à sa fin, on est très fiers. C’est un truc de fou ! Il reste des choses à organiser, comme trouver une date pour aller en Autriche rencontrer nos nouveaux patrons. Notre priorité, c’est que tous ceux qui se sont battus pour la survie de Veninov soient repris. Cela devrait être faisable."

Pour François Marques, secrétaire général CGT de l’union locale de Vénissieux "nous sommes heureux d’avoir été de cette action et fier de la CGT. Tous les efforts que nous avons déployés autour de Veninov ont rendu ce succès possible, mais c’est uniquement parce que les salariés de l’entreprise n’ont pas lâchés."

Ce projet de reprise prévoit le redémarrage de la production pour le mois de septembre 2012, avec la reprise de 40 à 50 salariés dans un premier temps et des investissements de 20 millions d’€ sur 3 ans. Une délégation va d’ailleurs se rendre très prochainement en Autriche pour rencontrer la nouvelle direction.

Toutes les procédures ne sont pas pour autant terminées. Une procédure concerne directement le fonds d’investissement américain Gordon Brothers, qui avait accordé fin 2010 un prêt de 9,7 millions d’€ au groupe allemand Alkor Venilia car à l’époque propriétaire de Veninov.

Aujourd’hui, le liquidateur réclame 88 millions d’€ à Gordon Brothers, qu’il estime responsable de la faillite. Une enquête pénale a également été ouverte suite à une saisine par le préfet du Rhône qui considère que le prêt de Gordon Brothers était "illégal et réalisé dans des conditions léonines".

Néanmoins, avant que l’entreprise ne reprenne ses droits et ses activités avec cette nouvelle direction autrichienne, une nouvelle initiative est d’ores et déjà programmée le 1er juin prochain dans les locaux de Veninov. Mais celle-ci sera festive et fraternelle et un moment de convivialité pour fêter la victoire et remercier tous ceux qui depuis plus d’un an ont soutenu cette lutte.


Brève mise en ligne le 18 mai 2012