"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2407342 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Privés d’emploi : le chômage dure en moyenne 13 mois

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Privés d’emploi : le chômage dure en moyenne 13 mois


Selon l’Observatoire des Inégalités, "les chômeurs restent en moyenne 13 mois sans emploi, mais 18 % d’entre eux connaissent une période d’inactivité professionnelle forcée de plus de deux années."

Les 2,6 millions de chômeurs recensés en 2010 étaient sans emploi depuis 13,3 mois en moyenne. 18,1% d’entre eux étaient sans activité professionnelle depuis plus de deux années. L’ancienneté au chômage des femmes est légèrement inférieure à celle des hommes : 12,9 mois contre 13,7 mois.

La durée du chômage s’accroît nettement avec l’âge. Les chômeurs de plus de 50 ans étaient au chômage en moyenne depuis 19,5 mois. 30% d’entre eux depuis plus de deux ans. Pour le million de jeunes sans emploi, la moyenne d’ancienneté au chômage s’élevait à 9,5 mois et 11,5% étaient dans cette situation depuis plus de deux ans. Les jeunes hommes sont davantage concernés par les longues périodes d’inactivité professionnelle : 10,1 mois contre 8,9 mois pour les jeunes filles. 12,4% des jeunes chômeurs étaient sans emploi depuis plus de deux ans contre 10,5% des femmes de 15 à 29 ans.

En proportion, le chômage frappe davantage les jeunes, qui sont aux premières loges. Mais son impact est plus fort pour les plus âgés, qui ont plus de difficultés à reprendre un emploi : moins mobiles, avec des salaires en moyenne plus élevés, etc. Une grande partie d’entre eux doit alors réduire ses exigences salariales et donc son niveau de vie. Mais alors qu’à 20 ans on peut toujours imaginer de progresser ultérieurement, à 50 ans, il est beaucoup plus difficile d’amorcer une seconde carrière.


Brève mise en ligne le 1er juin 2012