"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Voeux 2018

    La section syndicale CGT de l’Adapei-Papillons Blancs d’Alsace vous présente ses meilleurs vœux de Liberté, d’Égalité, de Solidarité, de Justice et de Paix…

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2488284 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le lundi 5 février 2018
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
SAM Technologie (Viviez, Aveyron) : le conflit se durcit pour les salaires et l’avenir du site

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

SAM Technologie (Viviez, Aveyron) : le conflit se durcit pour les salaires et l’avenir du site


Après un arrêt de travail d’une heure le mardi 29 mai, de deux heures le mercredi 30 mai, et malgré plusieurs réunions de négociations qui n’ont pas abouties, le syndicat CGT, avec les salariés, ont décidé le jeudi 31 mai à 5h, d’un blocage de l’usine. Depuis, faute de réelles avancées, le conflit se durcit.

Ce mouvement a été suivi par 85% du personnel, les principaux points qui ont amené à ce blocage portent sur :
- les salaires (1.2% d’augmentation proposée par la Direction) ;
- l’inquiétude sur la gestion de l’entreprise ;
- les conditions de travail.

Après un week-end d’occupation par les salariés, une réunion s’est lundi matin 4 juin entre la Direction et les élus CGT. Une nouvelle fois celle-ci n’a porté que sur les conditions de travail, même si les élus notent une évolution sur cette question là. La Direction n’a pas accepté de revoir sa position sur les augmentations générales (toujours bloquées à 1.2%) et surtout, elle ne prend pas en compte l’inquiétude des salariés et des élus, concernant l’avenir de l’entreprise, suite aux très nombreux départs ou licenciements intervenus ces deux derniers mois, de cadres et techniciens (responsables maintenance, responsables fusion, responsables production, commercial, techniciens méthode usinage, techniciens bureau d’étude, secrétaires administratives, techniciens ressource industrielle).


Brève mise en ligne le 5 juin 2012