"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2406648 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Veolia Eau : une grève historique contre une politique d’austérité salariale

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Veolia Eau : une grève historique contre une politique d’austérité salariale


L’ensemble des syndicats de Veolia Eau a lancé un appel à une grève reconductible à partir de lundi 18 juin 2012. Ce mouvement est qualifié "d’historique" par la CGT.

Cette grève, nationale, est reconductible chaque jour, à l’issue de votes en assemblées générales. Les syndicats expliquent qu’ils ont été poussés à ce mode d’action par une direction "qui campe sur ses positions et refuse toute discussion depuis fin 2001" souligne Cédric Colomb, pour la CGT. Les négociations annuelles obligatoires (NAO) ont été un échec, la direction proposant une augmentation générale de 0,5%. "Soit même pas 10€ brut par mois" détaille Cédric Colomb. Les syndicats réclament 90€ euros. "Il faut savoir que ces 10 dernières années, les augmentations ont été comprises entre 1% et 0,8%, sauf l’an dernier", précise le syndicaliste. De plus, les salariés vont perdre en moyenne 700€ cette année à cause de la baisse de l’intéressement malgré des bénéfices toujours conséquents de Veolia Eau.

Les salariés sont d’autant plus mécontents que cette politique d’austérité salariale "est dictée par des actionnaires qui en demandent toujours plus. On veut faire des économies sur notre dos. Pour les actionnaires, il n’y a pas d’austérité !" proteste Cédric Colomb.

Veolia Eau emploie en France près de 27000 salariés. Le groupe cherche à se restructurer en vendant ses activités dans le transport. Il est aussi présent dans le traitement des déchets. (Voir à ce sujet, le conflit chez Généris)


Brève mise en ligne le 18 juin 2012