"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2438944 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Discrimination : les gays en couple risquent deux fois plus le chômage

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Discrimination : les gays en couple risquent deux fois plus le chômage


Alors que se déroulent en France et dans le monde les Marches des fiertés LGBT (lesbiennes, gay, bi et trans) une étude de deux chercheurs de l’Université d’Evry-Val d’Essonne et du Centre d’Etude des Politiques Economiques nous apprend que les hommes homosexuels vivant en couple ont une probabilité deux fois plus grande d’être au chômage que les hétérosexuels.

En tenant compte des éléments pouvant fausser la comparaison (âge, éducation etc.), la probabilité d’être au chômage est de 3,1% pour les homosexuels, deux fois plus élevée que pour les hétérosexuels (1,5%), soit un écart de 1,6 point. Chez les gays âgés de moins de 40 ans, la probabilité de se retrouver sans emploi est encore plus élevée (+2,4 point). Avant redressement des données, 8,9% des gays déclarent être au chômage contre 2,4% des hétérosexuels. "L’entrée dans la vie active est plus difficile pour les travailleurs gays, que pour les autres. Ils passent plus de temps que leurs homologues hétérosexuels à se stabiliser dans l’emploi", soulignent les chercheurs en mettant en avant le plus fort taux de turnover observés chez les gays (13,4%) que chez les hétérosexuels (6,2%).

A noter que la marche des Fiertés se déroulera à Paris le 30 juin et que la CGT y sera présent avec son collectif contre les discriminations LGBT et la présence deux dirigeantes nationales en tête de manifestation.


Brève mise en ligne le 25 juin 2012