"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2409470 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Fralib : toujours en lutte pour sauver "L’Eléphant" !

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Fralib : toujours en lutte pour sauver "L’Eléphant" !


Les salariés de Fralib ne seront pas en vacances, cet été encore, mais leur combat est peut-être en train de porter ses fruits.

En lutte contre la fermeture de leur site de production des thés Lipton et des infusions Elephant, dont la production a été délocalisée en Pologne par Unilever, ils ont monté un projet de société coopérative et participative pour reprendre l’activité et maintenir l’emploi à Gémenos.

"Au début, on ne savait pas trop sous quelle forme (juridique) monter notre projet. Puis au fil des rencontres, on a compris que la Scop, c’est la forme qui correspond le plus à nos exigences", "On souhaite revenir à des achats de produits locaux, des arômes naturels, des plantes produites en Provence, tout ce qu’Unilever a abandonné" expliquent Olivier Leberquier et Gérard Cazorla, délégués CGT.

Les quatre-vingt salariés (sur 182) partie prenante dans le projet de SCOP multiplient donc les actions auprès du public pour faire connaître leur lutte et obtenir des soutiens, ce qui semble porter ses fruits :
- le 25 mai, une visite d’Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif, a relancé le dossier. Et la semaine dernière, le président socialiste de la communauté urbaine de Marseille, Eugène Caselli, a annoncé le rachat des locaux et machines avec pour but de contraindre Unilever à ouvrir une négociation autorisant les "Fralib" à conserver la marque "Elephant".
- non seulement, leur projet a reçu toute l’attention d’Arnaud Montebourg, mais plusieurs candidatures à la reprise ont été annoncées, dont l’une, émanant d’un ancien dirigeant de Lustucru, qui va dans le sens d’un rachat de la marque "Elephant" par la SCOP, ce qu’Unilever refuse catégoriquement jusqu’à présent.

Le 22 août prochain, le président de la république François Hollande sera sans doute interpellé par les Fralib sur son engagement de campagne de maintenir la marque "Elephant" en France.


Brève mise en ligne le 8 août 2012