"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2441797 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Amapa à Metz : les salariés sans salaire occupent leurs locaux

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Amapa à Metz : les salariés sans salaire occupent leurs locaux


Hier soir, ils étaient quatre-vingt salariés a avoir répondu présent pour occuper le siège de l’Association mosellane d’aide aux personnes âgées et handicapées (Amapa). Une décision prise en assemblée générale le 26 juillet dernier pour montrer leur détermination à conserver leur outil de travail et obtenir un engagement financier des pouvoirs publics pour sauver cette association placée en redressement judiciaire en raison d’un passif financier de quelques 6,5 millions d’€.

L’Amapa, association à but non lucratif existant depuis 50 ans, porte assistance à plus de 12000 personnes âgées et handicapées en Moselle et emploi 2000 salariés, pour l’essentiel des femmes, dispersées sur le territoire lorrain et qui n’ont pas touché leur salaire du mois de juillet.

"Depuis un mois, les salariés interpellent les pouvoirs publics, notamment la Préfecture et le Conseil Général, pour trouver des financements supplémentaires. Pour l’instant, nous n’avons pas de réponse… Nous avons besoin de mesures d’urgence, dans l’attente de la mise en place de la réforme du financement de la perte d’autonomie promis par le gouvernement", a déclaré Jacques Maréchal de la CGT. "Un plan d’urgence doit être décrété pour préserver l’emploi et l’aide à domicile. C’est vital pour les 2 000 personnels et les 12000 bénéficiaires".

L’occupation des locaux a duré toute la nuit et s’est terminée au matin, lorsqu’une délégation s’est rendue au Conseil Général afin d’y déposer un cahier de revendications.


Brève mise en ligne le 9 août 2012