"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2409031 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Volailler Doux : la CGT favorable a une mise sous tutelle publique

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Volailler Doux : la CGT favorable a une mise sous tutelle publique


Cinq offres de reprise partielle du pôle frais du groupe volailler ont été déposées ce vendredi 10 août 2012.

Des offres qui concerneraient cinq sites dans le Cher, le Morbihan, la Mayenne, et le Loiret. Mais elles ne préserveraient que 500 emplois sur les 1704, auxquels viennent s’ajouter 134 personnes reprises à Pleucadec, dans le plan de continuation du reste des activités de Doux.

Aucune offre n’a été déposée en revanche à Graincourt, dans le Pas-de-Calais et à Blancafort, dans le Cher, deux sites importants de ce pôle frais, mis en liquidation le 1er août dernier.

La fédération nationale agroalimentaire et forestière CGT, qui s’oppose toujours au démantèlement du groupe car, "catastrophique pour l’emploi et le potentiel industriel avicole national" estime, dans un communiqué daté de ce vendredi, qu’une "mise sous tutelle publique" du groupe volailler Doux et la tenue d’une table ronde nationale à son sujet "s’imposent d’urgence".

D’autant plus que, selon le syndicat, "la consommation de viande de volailles en France reste à un niveau élevé, les importations en représentant 40%, importations venant notamment du Brésil, pays dans lequel s’était implanté Doux dès 1998 en rachetant l’entreprise Frangosul, repassée aujourd’hui aux mains du Brésilien JBS".

Le tribunal de Commerce de Quimper se prononcera sur ces offres la première semaine de septembre. Pour les sites sans repreneurs, le tribunal a fixé au 10 septembre la fin de la période d’activité.


Brève mise en ligne le 10 août 2012