"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2412415 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Rassemblement des salariéEs de Technicolor

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Rassemblement des salariéEs de Technicolor


Les salariéEs de l’usine Technicolor d’Anger se rassembleront le 6 septembre à 11h30 devant le siège social de Technicolor à Issy-Les-Moulineaux.

Ce jour-là le Tribunal de Commerce de Nanterre rendra sa décision concernant la mise en liquidation judiciaire du site d’Angers. La décision de liquidation judiciaire entraînerait la fermeture du site et le licenciement des 351 salariéEs avec un impact économique et social au travers des sous traitants et de toutes les activités environnantes.

Le refus de la Direction du groupe de recevoir l’intersyndicale montre bien le mépris de ces patrons pour les salariéEs et leurs représentants. En fait ils n’osent même pas assumer officiellement leur politique de liquidation d’emploi en se retranchant derrière une décision judiciaire.

En fait depuis la privatisation de 1996 ils cherchent à se débarrasser, entre autres, du site d’Angers en utilisant toutes les manœuvres, industrielles, commerciales et juridiques malgré l’opposition constante des salariéEs. Tout en s’appropriant les 42000 brevets détenus par Thomson !

Pour cette entreprise, autrefois nationalisée, l’Etat ne peut rester sans réaction. Dans le cas où aucun repreneur ne s’engagerait au maintien de l’ensemble des emplois, l’expropriation devrait être à l’ordre du jour. La mobilisation exemplaire des salariéEs constitue leur meilleur atout.

Nous condamnons cette politique de liquidation industrielle et ces suppressions d’emplois. Nous soutenons les salariéEs dans la poursuite de leur mobilisation, quelque soit la décision du tribunal.


Brève mise en ligne le 5 septembre 2012