"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2441809 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Hôpital de l’Hôtel-Dieu à Paris : vers une fermeture des urgences ?

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Hôpital de l’Hôtel-Dieu à Paris : vers une fermeture des urgences ?


Environ 250 personnes, personnels, usagers, élus du Front de gauche et syndicalistes se sont réunis jeudi devant l’hôpital de l’Hôtel-Dieu à Paris, pour protester contre la fermeture des urgences.

Situé au centre de Paris dans un quartier très touristique, l’Hôtel-Dieu est le plus ancien hôpital de la capitale, et rayonne sur neuf arrondissements, soit 370000 parisiens. Il accueille 120000 patients aux urgences chaque année, reçoit de nombreux touristes et dispose d’un service spécifique aux urgences médicales judiciaires.

"Nous avons découvert mi-juillet que la direction émettait le souhait de fermer les urgences et à terme l’Hôtel-Dieu pour y installer les bureaux de la direction générale et vendre les bâtiments de l’avenue Victoria, [siège actuel de l’AP-HP]", a indiqué Yann Flécher, responsable de l’Usap-CGT. "La fermeture de l’Hôtel-Dieu signifierait la suppression de 1400 postes […] Sa situation est symbolique de la destruction de l’AP-HP, plus grand CHU d’Europe, qui dérange par sa grandeur et par son poids".

De son côté, la direction a fait savoir qu’aucune décision n’était prise pour l’instant, affirmant qu’une "réflexion était en cours avec les représentants élus de la communauté médicale du groupe hospitalier Cochin-Hôtel-Dieu et la commission médicale d’établissement".


Brève mise en ligne le 7 septembre 2012