"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2440462 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Incendie à Saint-Denis : le mal logement tue !

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Incendie à Saint-Denis : le mal logement tue !


L’incendie d’un immeuble insalubre à Saint-Denis a fait 2 morts et une quinzaine de blessés (dont plusieurs très grièvement). Mais ce drame n’est pas le résultat d’un hasard malheureux, car cet immeuble faisait partie des centaines d’immeubles qualifiés de dangereux pour leurs habitants.

A Saint-Denis, la municipalité a identifié pas moins de 2000 logements concernés, ce qui signifie des milliers de personnes exposées à la menace d’un tel drame.

Depuis des années les associations soulignent la pénurie de logements et principalement de logements sociaux et exigent un plan massif de construction pour répondre à la demande. La rénovation de ces immeubles insalubres n’est pas une question de politique de la ville, mais un enjeu vital pour les populations qui sont contraintes d’y survivre, faute de se retrouver à la rue.

Le gouvernement précédent se moquait du logement des plus pauvres et ne répondait que par l’accès à la propriété. Le gouvernement actuel libère des terrains pour réduire le coût de la construction de nouveaux logements. Mais il fixe à 25% la part du logement social ce qui est bien loin des besoins, favorise encore l’accès à la propriété. Ces choix condamnent les exclus du logement décent aux solutions précaires inévitablement dangereuses.

Pour répondre à l’urgence, il est nécessaire de réquisitionner les logements vides, de bloquer le prix des loyers, de construire massivement du logement social, seule façon d’en finir vraiment avec la misère et garantir le droit au logement pour toutes et tous.


Brève mise en ligne le 9 septembre 2012