"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2441737 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Banque de France : le service public touché au cœur

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Banque de France : le service public touché au cœur


La Banque de France devait annoncer lors de son comité central d’entreprise, vendredi 21 septembre, son plan de restructuration. L’association de consommateurs CGT invite le gouvernement à réagir, et une intersyndicale appelle à la grève ce même jour.

Près de 2000 emplois menacés, 40 caisses fermées, 12 antennes infra départementales rayées de la carte, 50 succursales réduites au maximum avec un effectif qui ne dépassera pas 10 agents… "La Banque de France se prépare à faire des coupes sombres sur l’ensemble du territoire", déplore Indecosa CGT, l’Association pour l’information et la défense des consommateurs salariés, "alors que près de deux millions de personnes sont surendettées dans notre pays et que les plans sociaux se multiplient."

En effet, ces points sont à l’ordre du jour du comité central d’entreprise vendredi 21 septembre 2012. Pour Indecosa, ces mesures sont inacceptables : "Les suppressions de poste vont faire mal tout de suite, partout où les effectifs insuffisants et le management sous pression engendrent stress et souffrance au travail. Et si elles sont appliquées jusqu’au bout, la Banque de France ne sera que l’ombre d’elle même. Le service public sera touché au cœur."

Mais rien n’est joué. Ce même jour, une intersyndicale appelle les salariés à se mobiliser autour d’une "opération Banque de France morte", durant 24 heures. "Nos organisations sont déterminées à agir, par tous les moyens à leur disposition, pour faire prévaloir d’autres choix. Une autre Banque est possible, nous l’avons démontré, précise l’intersyndicale, avec notre projet Banque de France 2020. Nous allons continuer de faire valoir nos propositions."

L’association demande quant à elle au Premier ministre d’intervenir auprès du gouverneur de la Banque de France pour qu’il sursoit à ce plan, et que s’ouvre une véritable concertation avec la société civile, les représentants du personnel et les élus locaux.


Brève mise en ligne le 21 septembre 2012