"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2443147 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Le plan Mittal est inacceptable !

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Le plan Mittal est inacceptable !


Après 14 mois "d’arrêt indéterminé", la Direction d’ArrcelorMittal a officialisé aujourd’hui l’arrêt définitif de la partie chaude de Florange : les 2 hauts-fourneaux et l’aciérie seront fermés, envoyant directement 629 personnes chez Pôle Emploi, sans compter les sous-traitants et les intérimaires déjà remerciés depuis le début du conflit. De plus, aucun investissement n’est prévu sur le train à froid restant aux mains d’ArcelorMittal.

Mittal accepte de céder la partie chaude de l’usine si l’Etat trouve un repreneur avant le 1er Décembre !

Après avoir réalisé 4,2 milliards d’€ de bénéfice nets au cours des 18 derniers mois, Mittal peut se permettre de jeter ses salariés, comme à Liège et dans le reste de l’Europe, en imposant aux pouvoirs publics ses désirs. Il est évident que le Groupe fera tout pour qu’il n’y ait aucun repreneur, et même si celui-ci voyait le jour, les salariés paieraient encore le prix fort.

Il faut absolument que les nombreuses luttes actuelles chez Arcelor, PSA, Doux, Fralib, Sanofi et toutes les autres, se retrouvent dans un mouvement unitaire et engagent avec l’ensemble de la population un bras de fer contre cette politique capitaliste pour placer les secteurs clés de l’économie sous contrôle des travailleurs et de la population.


Brève mise en ligne le 1er octobre 2012