"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Voeux 2018

    La section syndicale CGT de l’Adapei-Papillons Blancs d’Alsace vous présente ses meilleurs vœux de Liberté, d’Égalité, de Solidarité, de Justice et de Paix…

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2465069 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le jeudi 4 janvier 2018
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Pétroplus en liquidation judiciaire

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Pétroplus en liquidation judiciaire


Le tribunal de commerce de Rouen vient de prononcer la liquidation judiciaire de la raffinerie Pétroplus de Petit-Couronne. Cinq cent cinquante salariéEs et des centaines de sous-traitants, au total plus de deux mille familles vont être jetés à la rue pour le plus grands profit des pétroliers.

C’est Shell qui s’est débarrassé de sa raffinerie de Petit-Couronne, qu’il voulait fermer, en la vendant pour un prix particulièrement bas à Pétroplus, spécialisée dans le rachat de raffineries dont les grands groupes voulaient se débarrasser.

Aujourd’hui, il faut mettre en accusation Shell et ses milliards de profits. Il faut contraindre le groupe à maintenir tous les emplois à Petit-Couronne en reprenant Petroplus Petit-Couronne et l’ensemble de ses salariéEs, sous la menace de la réquisition de ses biens et de ses avoirs en France et du remboursement de toutes les aides publiques.

Au moment où les pétroliers ferment une par une les raffineries pour engager leurs capitaux dans des secteurs jugés plus rentables, il faut défendre l’idée d’un vrai service public de l’énergie, la réquisition des grands groupes comme Total ou Shell pour préserver l’ensemble des emplois.


Brève mise en ligne le 16 octobre 2012