"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2410509 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Contre la marginalisation des personnes transsexuelles : la CGT seule présente à la 16e marche Exitranselle brève

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Contre la marginalisation des personnes transsexuelles : la CGT seule présente à la 16e marche Exitranselle brève


Un millier de personnes ont pris part samedi 20 octobre à Paris à la 16e marche d’Existrans pour dénoncer la "marginalisation des populations trans" et réclamer le droit à changer d’état civil sans condition.

Dans la continuité de sa participation aux marches des fiertés et de son action contre les discriminations des personnes lesbiennes, gays, bi et trans (LGBT) la CGT était la seule organisation syndicale présente dans le défilé parisien. (Lire le communiqué de la CGT)

Les participants réclament notamment le droit de changer d’état civil sans condition, sans obligation de stérilisation et de suivi psychiatrique, le libre choix des médecins et le maintien des remboursements des parcours de transition en France et à l’étranger. La lutte contre la transphobie par des campagnes de sensibilisation, et une formation des personnels en contact avec des trans font également partie de leurs revendications.

"Si nous soulignons le petit pas en avant opéré à l’occasion du débat sur la loi concernant le harcèlement sexuel, ayant introduit la transphobie dans le code pénal, cela n’est cependant pas suffisant", estiment les organisateurs d’Existrans. "Il est temps que le gouvernement et la représentation parlementaire fassent voter une loi réformant les conditions de changement d’état civil, s’inspirant de la loi Argentine en vigueur depuis mai 2012."


Brève mise en ligne le 25 octobre 2012